L'éolien, une filière qui s'essouffle

L'éolien, une filière qui s'essouffle

Abandons de turbines par milliers aux États-Unis, raccordements de plus en plus rares en France, suspensions de crédits en Espagne : l'éolien est aujourd'hui dans la tourmente.

 

 
Les éoliennes n'ont pas le ent en poupe. En cause, des difficultés de financement liées à la crise économique, mais aussi un manque de volonté politique.

Les éoliennes n'ont pas le ent en poupe. En cause, des difficultés de financement liées à la crise économique, mais aussi un manque de volonté politique.  

Crédit Reuters

 

 

Le vent souffle de moins en moins fort sur l'Oncle Sam

Muselée par les républicains, qui ont repris la main lors des élections de mi-mandat, la politique environnementale de Barack Obama aura toutefois été plus volontaire que celle de son prédécesseur. Entre autres exemples, des subventions généreuses – certes de moins en moins – ont ainsi été accordées aux énergies renouvelables, le solaire et l'éolien en tête, qui d'une façon générale sont de plus en plus implantées dans l'ouest des États-Unis, et le chef de l'exécutif américain vient d'annoncer la mise en place de normes environnementales sur le carburant à l'horizon 2025.

Il est cependant impuissant à empêcher un phénomène qui prend de plus en plus d'ampleur : l'abandon de parcs éoliens entiers. À ce jour, près de 14 000 turbines sont inexploitées. Une situation préoccupante qui s'expliquerait par des conditions météorologiques défavorables, la prise de conscience tardive que l'éolien génère moins d'électricité que les sources fossiles, des coûts de fabrication et d'exploitation élevés et les dommages perpétrés par les pales sur les oiseaux migrateurs.

Simple (gros) passage à vide ou ces problèmes sont-ils insolubles ?

Cliquer ici pour en savoir plus

L'Hexagone marque nettement le pas

215 mégawatts (MW) seulement ont été mis en service lors du premier semestre, contre 340 durant les six premiers mois de 2011, année déjà décevant avec au bout du compte 875 MW reliés au réseau électrique. Peu encourageants, ces chiffres témoignent des difficultés actuelles de la filière, à laquelle la deuxième loi du Grenelle, qui ajoute beaucoup de contraintes d'installation, a de toute évidence fait beaucoup de tort.

Le SER (Syndicat des énergies renouvelables) appelle à un assouplissement. Déplorant  la multiplication des démarches administratives nécessaires au dépôt des projets, qui réduirait considérablement le nombre de ces derniers, il souligne également que les recours judiciaires contre les parcs et les ZDE (Zones de développement de l’éolien) tendent à se multiplier. Les délais de raccordement, eux, sont de plus en plus longs en raison du manque de capacité d’accueil des réseaux électriques.

Des difficultés de financement liées à la crise économique, mais aussi, manifestement, un manque de volonté politique noircissent encore le tableau. À croire que ce qui pourrait ou devrait être une toile de maître ressemble de plus en plus à une croûte.

Cliquer ici pour en savoir plus


L'Espagne touche le fond

Très durement touchée par la crise économique, l'Espagne ne peut se sortir de ce mauvais pas qu'en faisant des sacrifices souvent douloureux. De nombreux projets pourraient être, sinon abandonnés, en tout cas reportés faute de financements à apporter.

« Face à l’absence de marché intérieur, les entreprises s’en vont. En plus des conséquences pour la Recherche et Développement, nous perdons une source d’emplois dans l’économie verte», déplore Jaume Morron, responsable de l'Association éolienne de Catalogne. Encore marginal de l'autre côté des Pyrénées, l'éolien offshore n'échappe pas à la saignée. L'énergie solaire est toutefois la plus affectée, l'Allemagne, leader mondial incontesté, ayant installé 24 fois plus de centrales que l'Espagne au cours de l'année écoulée. L'écart est d'autant plus impressionnant quand on connaît les différences entre les deux pays en matière de degré d'ensoleillement.   

Cliquer ici pour en savoir plus

 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par coste - 04/09/2012 - 19:42 - il était temps

    il était temps qu'on se rende enfin compte que l'éolien est la plus grande arnaque actuelle : pas de rendement (moins de 25%), électricité très chère, factures EDF des particuliers gonflées pour payer les éoliennes, pollution au CO2 car elles doivent être obligatoirement renforcées par des centrales thermique à gaz ou charbon, pas de création locale d'emplois, pollution sonore et visuelle transformant la vie des riverains en cauchemar, perte du capital immobilier des mêmes riverains, dégradation des plus beaux sites et destruction des oiseaux migrateurs (les grues dans notre région), tout celà à coups d'avantages fiscaux énormes consentis à des constructeurs souvent étrangers, et servant surtout à apporter d'énormes revenus aux agriculteurs pouvant louer leurs terres, lesquels propriétaires sont souvent les élus des communes concernées (!) Et le pire : ces machines n'ont qu'une durée de vie de 20 ans, après il faut tout démonter et en ériger d'autres ! qui paie ?
    mais voilà, il fallait faire plaisir aux "verts" pour attraper des voix, c'est la seule raison pour laquelle les gouvernements successifs sont tombés dans le piège ! s'il n'y a plus de sous, le soufflé retombera.

  • Par Ganesha - 04/09/2012 - 13:41 - Maltraitance Animale

    Quand une pale d'éolienne coupe une des ailes d'un oiseau mi-gratteur, d'abord la pauvre bête ne peut plus se gratter du tout, mais aussi, elle vole lamentablement en cercles, jusqu'à ce que mort s'en suive...

  • Par prochain - 02/09/2012 - 23:24 - Seuls quelques pays ont les moyens de leurs ambitions

    L'énergie disponible à bas prix est la première condition. Aux USA dans 20 ans les centrales à gaz (en abondance) produiront 55% de l'électricité, 35% renouvelable y compris hydro et le reste PV etc. Le méthane génère moitié moins de CO2 que le pétrole. La France importe de l'énergie pour 60 milliards / an la première cause du déficit. La génération ni-ni, incapable de choisir va faire les gros yeux, yaka faire le mauvais choix.

  • Par Salvatore Migondis - 02/09/2012 - 22:42 - Avantage caché..

    Cela met enfin le holà aux activités de promoteurs sans scrupules qui n'ont de cesse que de défigurer nos magnifiques campagnes... Parce qu'acheter une maison à proximité de ces horreurs.. Heu.. non, pas vraiment.. Même avec une ristourne de 50% sur le prix du marché..

  • Par Varois - 02/09/2012 - 18:09 - En mer

    Tant qu'on persistera à vouloir mettre ces ventilos près des habitations et dans des sites magnifiques Les plaintes se multiplieront et avec raison. Les pays nordiques les mettent au large en mer et ça fonctionne très bien sans défigurer les paysages, sans nuisances pour les riverains et sans gêne pour les poissons. Quand aux responsables du SER qui demandent des assouplissements, ils n'ont qu'a mettre les éoliennes dans leur jardin, ils comprendront !

  • Par Don Quichote - 02/09/2012 - 17:25 - On vend bien des frigo aux eskimos.......

    On savait les français mouvais en géographie mais il s’avère qu'ils sont encore plus en technologie, car contrairement au photovoltaïque, le Kw éolien est huit fois plus cher.

  • Par Kakou - 02/09/2012 - 16:45 - Mal ..ouille...ouille..!

    Qui s'en met plein les fouilles avec les retros-commissions ......hein c'est qui...hein...les machines a pigeons ....merçi messieurs les Maires ,députés, conseillers genéraux et municipaux ....Biens gras et dodus .....merçi le systéme... UMPS & ENA....merçi messieurs on à bien mal au Cul..!

  • Par Laulau - 02/09/2012 - 16:03 - Moulins à vent

    Faire croire que l'on peut remplacer des centrales thermiques, nucléaires ou pas, par de moulins à vent c'est se moquer du monde. Ce sont les aides fiscales et la surfacturation à EDF des KWH éoliens et photovoltaïques qui maintiennent ces entreprises hors de l'eau. Dans cette économie où le marché est roi, la crise balaye toutes ces chimères.

  • Par Superchon - 02/09/2012 - 15:42 - Léolien

    n'a pu marcher que grâce aux océans de subventions financées par nos impôts ainsi que grâce aux taxes prélevées sur nos factures électriques (CSPE). Éolienne ou pouvoir d'achat il faudra choisir.

  • Par ghislfa - 02/09/2012 - 09:37 - Certains spécialistes

    s'échinent à répéter que les énergies alternatives manquent d'efficacité. Le début de cet article confirme bien ces assertions.
    Les prétentions des écologistes politiques nous mène vers une impasse dans la mesure où des fonds trop considérables sont mobilisés dans le développement de moyens de production d'énergie peu sûrs au lieu d'investir la recherche dans d'autres directions.

 

 

Source : http://www.atlantico.fr/rdvinvite/eolien-filiere-qui-essouffle-zegreenweb-467686.html

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site