VDP56 y était

Paysages en danger: des associations anti-éoliennes manifestent à Paris

 

Publié le 10.02.2019     par AFP

Des militants opposés à la construction d’éoliennes industrielles et qui dénoncent leur pollution visuelle, lumineuse et sonore, ont manifesté samedi à Paris au pied de la Tour Montparnasse, à l’appel notamment de l’association “Vent de colère”.

Ce rassemblement exprimait le “ras-le-bol de l’ensemble des gens qui habitent à proximité d’aérogénérateurs industriels”, a souligné Grégoire Cusin-Berche, de l’association Les vents d’Amarugue, qui se bat contre l’installation de nouvelles éoliennes dans le Cantal.

Les associations accusent les fermes éoliennes de “détruire le patrimoine paysager”, et de provoquer une pollution visuelle, lumineuse et sonore, faisant “fuir les touristes” et favorisant des “promoteurs privés”.

La France est la première destination touristique mondiale, avec près de 90 millions de visiteurs étrangers en 2018, attirés par son patrimoine et ses paysages culturels protégés.

Les associations demandent notamment des évaluations “récurrentes” de la performance du déploiement des énergies renouvelables.

“L’éolien est une énergie non pilotable, elle dépend du vent. Quand l’éolienne ne produit pas, il faut compenser par d’autres sources, comme le fait l’Allemagne avec le charbon”, a souligné Grégoire Cusin-Berche, qui se défend d’être pro-nucléaire.

“Il faut redonner aux territoires la capacité de produire leur énergie en local (petits barrages hydroélectriques, petits méthaniseurs), que ça ne soit pas décidé d’en haut”, dit-il.

Plusieurs associations revendiquant “la protection de la nature et de l’environnement” ont déposé des recours fin janvier devant le Conseil d’Etat, pour demander l’annulation de deux décrets simplifiant les règles d’autorisation de nouveaux parcs éoliens.

En matière d’énergie renouvelables, l’éolien est une priorité du gouvernement, qui prévoit de lancer deux appels d’offres par an dès 2020 sur terre.

En mer, où la France est critiquée pour son retard, le gouvernement a autorisé fin 2018 l’exploitation contestée de deux parcs, l’un situé au large des îles d’Yeu et de Noirmoutier (Vendée) et l’autre au large du Tréport (Seine-Maritime).

Rassemblement contre les éoliennes réussi devant la tour Montparnasse ⁦@ventdepanique56

Les éoliennes on en veut pas !! Les ruraux doivent être respectés par nos élus puisque la finance nous ignore!!

 

Manif de paris 09 02 19 of 10 02 2019  Paris montparnasse 09 2019

https://www.tf1.fr/tf1/jt-we/videos/eoliennes-vent-de-controverse.html

=================================================================================================================================

 

https://www.ouest-france.fr/economie/energie/energie-eolienne/environnement-des-manifestants-accusent-les-eoliennes-de-pollution-visuelle-et-sonore-6217682

Énergie éolienne        Publié le 

Environnement. Des manifestants accusent les éoliennes de pollution visuelle et sonore

Les associations accusent les fermes éoliennes de « détruire le patrimoine paysager ».

Les associations accusent les fermes éoliennes de « détruire le patrimoine paysager ». | PHOTO ARCHIVES YVES-MARIE QUEMENER / OUEST-FRANCE

Ouest-France

Publié le 

Des militants opposés aux éoliennes industrielles ont manifesté samedi 9 janvier à Paris, pour protester contre la prolifération des éoliennes industrielles. Ils les accusent notamment de détruire les paysages.

Des militants opposés à la construction d’éoliennes industrielles et qui dénoncent leur pollution visuelle, lumineuse et sonore, ont manifesté samedi à Paris au pied de la Tour Montparnasse, à l’appel notamment de l’association « Vent de colère ».

Ce rassemblement exprimait le « ras-le-bol de l’ensemble des gens qui habitent à proximité d’aérogénérateurs industriels », a souligné Grégoire Cusin-Berche, de l’association Les vents d’Amarugue, qui se bat contre l’installation de nouvelles éoliennes dans le Cantal.

Destruction des paysages

Les associations accusent les fermes éoliennes de « détruire le patrimoine paysager », et de provoquer une pollution visuelle, lumineuse et sonore, faisant « fuir les touristes » et favorisant des « promoteurs privés ».

La France est la première destination touristique mondiale, avec près de 90 millions de visiteurs étrangers en 2018, attirés par son patrimoine et ses paysages culturels protégés.

Les associations demandent notamment des évaluations « récurrentes » de la performance du déploiement des énergies renouvelables.

Recours devant le Conseil d’État

« L’éolien est une énergie non pilotable, elle dépend du vent. Quand l’éolienne ne produit pas, il faut compenser par d’autres sources, comme le fait l’Allemagne avec le charbon », a souligné Grégoire Cusin-Berche, qui se défend d’être pro-nucléaire.

« Il faut redonner aux territoires la capacité de produire leur énergie en local (petits barrages hydroélectriques, petits méthaniseurs), que ça ne soit pas décidé d’en haut », dit-il.

 

Les associations accusent les fermes éoliennes de « détruire le patrimoine paysager ». | PHOTO ARCHIVES YVES-MARIE QUEMENER / OUEST-FRANCE

Plusieurs associations revendiquant « la protection de la nature et de l’environnement » ont déposé des recours fin janvier devant le Conseil d’État, pour demander l’annulation de deux décrets simplifiant les règles d’autorisation de nouveaux parcs éoliens.

En matière d’énergie renouvelable, l’éolien est une priorité du gouvernement, qui prévoit de lancer deux appels d’offres par an dès 2020 sur terre.

En mer, où la France est critiquée pour son retard, le gouvernement a autorisé fin 2018 l’exploitation contestée de deux parcs, l’un situé au large des îles d’Yeu et de Noirmoutier (Vendée) et l’autre au large du Tréport (Seine-Maritime).

 

Paysages en danger : des associations anti-éoliennes manifestent à Paris

Ce rassemblement exprimait le « ras-le-bol de l’ensemble des gens qui habitent à proximité d’aérogénérateurs industriels ».

Des militants opposés à la construction d’éoliennes industrielles et qui dénoncent leur pollution visuelle, lumineuse et sonore, ont manifesté samedi à Paris au pied de la Tour Montparnasse.

https://t.co/yu0jHu1e98

http://fr.friends-against-wind.org/news/des-associations-anti-eoliennes-manifestent-a-paris

Par Europe 1 avec AFP

Les associations accusent les fermes éoliennes de « détruire le patrimoine paysager », et de provoquer une pollution visuelle, lumineuse et sonore.

Des militants opposés à la construction d’éoliennes industrielles et qui dénoncent leur pollution visuelle, lumineuse et sonore, ont manifesté samedi à Paris au pied de la Tour Montparnasse, à l’appel notamment de l’association « Vent de colère ». Ce rassemblement exprimait le « ras-le-bol de l’ensemble des gens qui habitent à proximité d’aérogénérateurs industriels », a souligné Grégoire Cusin-Berche, de l’association Les vents d’Amarugue, qui se bat contre l’installation de nouvelles éoliennes dans le Cantal.

La France est la première destination touristique mondiale

Les associations accusent les fermes éoliennes de « détruire le patrimoine paysager », et de provoquer une pollution visuelle, lumineuse et sonore, faisant « fuir les touristes » et favorisant des « promoteurs privés ». La France est la première destination touristique mondiale, avec près de 90 millions de visiteurs étrangers en 2018, attirés par son patrimoine et ses paysages culturels protégés. Les associations demandent notamment des évaluations « récurrentes » de la performance du déploiement des énergies renouvelables.

Des recours devant le Conseil d’État

« L’éolien est une énergie non pilotable, elle dépend du vent. Quand l’éolienne ne produit pas, il faut compenser par d’autres sources, comme le fait l’Allemagne avec le charbon », a souligné Grégoire Cusin-Berche, qui se défend d’être pro-nucléaire. « Il faut redonner aux territoires la capacité de produire leur énergie en local (petits barrages hydroélectriques, petits méthaniseurs), que ça ne soit pas décidé d’en haut », dit-il.

Plusieurs associations revendiquant « la protection de la nature et de l’environnement » ont déposé des recours fin janvier devant le Conseil d’État, pour demander l’annulation de deux décrets simplifiant les règles d’autorisation de nouveaux parcs éoliens.

Article d’Europe 1 — 9 février 2019

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 2019-02-12

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site