Il faut 20 ans pour amortir l'empreinte carbone de la création et implantation d'une éolienne, durée de vie 20 ans, si ce n'est pas une escroquerie ça y ressemble beaucoup, non ?

Échauffour. Arrêt du parc éolien de 19 h à 7 h

Contrairement à l'annonce faite le 22 janvier 2021 par la sous-préfète d'Argentan, l'arrêt provisoire du parc éolien d'Échauffour ne sera finalement effectif que de 19 h à 7 h.

Le jour de l'asemblée générale de Belle Normandie Environnement à Echauffour, samedi 17 octobre 2020

Rassemblement aux pieds des éoliennes, le jour de l’assemblée générale de Belle Normandie Environnement à Echauffour, samedi 17 octobre 2020 (©Le Réveil normand)

Par Véronique CouvretPublié le 8 Fév 21 à 17:24 

Le 22 janvier 2021, la sous-préfète d’Argentan avait annoncé l’arrêt provisoire du parc éolien d’Échauffour, pour cause de « non-conformités persistantes ». 

Dans un communiqué du 8 février, la Préfecture de l’Orne précise que cet arrêt sera limité à la soirée et à la nuit puisqu’il sera effectif de 19 h à 7 h, et non toute la journée.  

À lire aussi

Echauffour. Le parc éolien est mis à l’arrêt par décision préfectorale

« Il s'agit d'une mesure forte néanmoins proportionnée à l'enjeu, et qui permettra une amélioration immédiate de la situation »

Préfecture de l'Orne

« D’un point de vue juridique, ces mesures seront encadrées par deux arrêtés afin d’une part, de mettre en demeure l’exploitant de respecter les niveaux d’émergences sonores réglementairement autorisés, dans un délai de 5 mois ; et d’autre part, pour une durée de 5 mois également, de mettre à l’arrêt le parc, de 19 h-7 h (ce qui correspond à un arrêt 50 % du temps, dans une optique de proportionnalité), considérant que les nuisances sonores sont les plus gênantes la nuit ainsi que de réaliser une tierce expertise afin de statuer sur la fiabilité des campagnes acoustiques déjà réalisées et de demander à l’exploitant de mettre en œuvre un plan de fonctionnement des éoliennes respectant les émergences sonores applicables.

À l’issue de cette période de 5 mois, soit l’exploitant pourra justifier d’un mode de fonctionnement dans le respect de la réglementation, soit les sanctions prévues par le code de l’environnement seront prises à son encontre : arrêté de suspension d’activité, astreinte financière ou amende administrative », poursuit la Préfecture.

Rien avant la mi-mars

Compte tenu des délais légaux, ces deux arrêtés ne pourront être signés avant la mi-mars, voire la fin mars.

À lire aussi

Echauffour. Une pétition lancée « pour que les lois de la République s’appliquent aussi aux promoteurs éoliens »

Même si le parc éolien ne sera arrêté qu’à mi-temps et qu’il faut encore patienter pour que ce soit effectif, Fabien Ferreri, le porte-parole du collectif des riverains de la zone éolienne d’Échauffour, reste positif.

Il reconnaît qu’il existe « un contexte légal, administratif et juridique » dans lequel ils doivent s’inscrire, au risque de tout perdre.

« Décision courageuse »

Il salue le rôle prépondérant joué par la sous-préfète dans cette affaire.

« Elle a pris une décision courageuse, intègre et en cohérence par rapport à sa fonction. Elle a rééquilibré la donne. On revient de loin ».

Fabien Ferreri

Enfin, il souligne que cet arrêt, même incomplet, est une avancée considérable par rapport à leur situation actuelle, où, même bridées, les éoliennes continuent à faire un bruit insupportable pour les riverains.

« On va retrouver une vraie qualité de vie », se réjouit-il par avance.

Partagez

Partagez sur Facebook

Partagez sur Twitter

Partagez par Mail

Copiez/Collez le Lienhttps://actu.fr/normandie/echauffour_61150/echauffour-arret-du-parc-eolien-de-19-h-a-7-h_39303365.html

Éoliennes : les imposteurs, les margoulins et les pigeons

Jean-Marc FrenoveCatégorie : Editoriaux

 4 février 2021 2 minutes de lecture

10.3k

      

Print Friendly, PDF & EmailImprimer ou envoyer cet article

Comme l’a rapporté cet excellent Jany Leroy dans notre Boulevard Voltaire, le préfet de l’Orne vient d’ordonner la mise à l’arrêt du parc éolien implanté depuis deux ans dans la commune d’Échauffour, près de L’Aigle. Et ceci en raison des nuisances insupportables subies par les riverains : vibrations sonores et infrasons se propageant par le sol qui les obligent à changer de chambre et mettent en danger la structure de leur maison et rendent celle-ci invendable.

Le porte-parole du collectif riverain des éoliennes attaquées, Fabrice Ferreri, qui a provisoirement gagné, déclare : « On n’est pas des anti-éoliens, des opposants. » Il a toute notre sympathie, mais il a bien tort de ne pas être anti-éolien, et je vais vous expliquer pourquoi.

Déjà, il faut savoir que la compagnie qui implante les éoliennes arrose financièrement, on pourrait dire « achète », les collectivités locales. Pas de problème, c’est vous, lecteur, qui payez par une importante surtaxe sur votre facture EDF. La vie est belle. C’est ce que j’appelle les margoulins. Et nous sommes les pigeons.

Quand aux imposteurs, ce sont les écologistes prêts à tout pour imposer leur ignorance.

Ici, il est temps d’expliquer comment fonctionnent les éoliennes. Une éolienne standard développe une puissance de 1 mégawatt (1.000 kilowatts). C’est une puissance maximale. Par comparaison, un réacteur nucléaire a une puissance standard de 1 gigawatt (1.000.000 kilowatts). Et c’est une puissance de croisière, c’est-à-dire constante.

Pour une éolienne, la puissance d’un mégawatt est donnée dans un vent de 80 km/h (au-delà, il faut freiner la machine pour ne pas la détruire). Or, la physique nous enseigne que la puissance électrique réellement produite augmente ou diminue selon le cube de la vitesse du vent.

Rappelons que le cube d’un nombre est égal à ce nombre multiplié 2 fois par lui-même.

Cube de 2 = (2 x 2 x 2) = 8. Cube de 4 = (4 x 4 x 4) = 64. Cette fonction varie très vite.

Donc, sous un vent de 80 km/h, l’éolienne produit son maximum : 1 mégawatt.

À 40 km/h, soit 2 fois moins, l’éolienne produit 8 fois moins, soit 0,125 mégawatt.

À 20 km/h, soit 4 fois moins, l’éolienne produit 64 fois moins, soit 0,015 mégawatt.

C’est une puissance négligeable, apparemment la machine tourne, mais elle ne fournit presque rien.

Or, non seulement le vent change à tout moment, mais un vent de 20 km/h est beaucoup plus fréquent, et c’est heureux, qu’un vent de 80 km/h. Tel est le drame des éoliennes, leur imposture fondamentale. En moyenne annuelle, elles ne fournissent pas plus de 20 à 25 % de leur puissance nominale. Dérisoire.

Ce chiffre est connu, et pourtant, on continue à nous imposer cette chimère. C’est qu’il y a, derrière, beaucoup d’argent et quelques personnes prêtes à ruiner le pays pour quelques dollars de plus dans leur poche.

https://www.bvoltaire.fr/eoliennes-les-imposteurs-les-margoulins-et-les-pigeons/

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 2021-02-09

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site