On nous impose ce genre de moyen pour faire du courant sans polluer.......mais pas sans danger.......la preuve......

http://www.estrepublicain.fr/edition-de-bar-le-duc/2017/06/20/chute-de-pale-et-debut-de-polemique

LAVALLÉE - ENERGIEChute de pale et début de polémique

Suite à la chute d’une pale d’éolienne sur son territoire le 27 février dernier, Michel Moreau, maire de Lavallée, réclame une plus grande fluidité de l’information des élus et une meilleure prévention des risques.

  • LE 20/06/2017 À 05:03
Le morceau de pale de l’éolienne n° 2 du parc de Nélausa à Lavallée d’une longueur de 7 m tombé au sol le 27 février.  Photo DR
 
 

1 / 3

Photo HDLe morceau de pale de l’éolienne n° 2 du parc de Nélausa à Lavallée d’une longueur de 7 m tombé au sol le 27 février. Photo DR

Le morceau de pale de l’éolienne n° 2 du parc de Nélausa à Lavallée d’une longueur de 7 m tombé au sol le 27 février.  Photo DR Michel Moreau a fait part de son mécontentement en préfecture de Meuse.  Photo LM 

Le vent serait-il en train de tourner pour les promoteurs des éoliennes en Meuse. Après avoir eu un temps le vent en poupe pour développer de multiples parcs aux quatre coins du département, divers incidents récents semblent susciter l’inquiétude de la population et de ses élus.

Le dernier en date a été constaté le 27 février dernier à Lavallée sur l’éolienne n° 2 du parc de Nélausa (4 éoliennes) : un bris de pale. Et non des moindres avec un morceau de 7 m de long s’abattant au sol. « Je n’ai découvert la survenance de cet incident qu’à la suite de la réception d’un arrêté du préfet daté du 21 mars prescrivant l’arrêt de l’exploitation du parc et à la demande début avril par ce même exploitant d’une autorisation de transit pour un convoi superlourd ! », s’étrangle le maire de la commune, Michel Moreau, qui a mis un certain temps à recoller les morceaux et comprendre ce qui s’était réellement passé.

Les exigences du maire

Le 29 mai, l’élu a ainsi décidé de prendre sa plume pour écrire à la préfète de la Meuse, Muriel Nguyen, regrettant « le silence de vos services, en particulier de la DREAL (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement), en charge de l’inspection des installations classées, alors que ces services avaient précisé à l’exploitant qu’il leur revenait d’informer les maires des communes de Lavallée et Levoncourt ».

Un « très fort mécontentement » du maire qu’il justifie par son incapacité à « apporter les informations adéquates aux riverains et citoyens ». En conséquence, Michel Moreau fait valoir une « demande expresse » à la préfète « de veiller à associer la municipalité à toutes les démarches et réunions qui interviendront dans les semaines et mois à venir dans la perspective de la reprise d’exploitation. La commune exige de disposer des rapports d’expertise relatifs à cet incident et que l’ensemble des mesures préventives qui pourraient être imposées à l’exploitant soit porté à sa connaissance au préalable ».

Trois incidents déjà…

Contactée par le maire, la société exploitant le parc de Nélausa a mis en cause « le passage d’une tempête sur le territoire français » à cette période. Pas de quoi rassurer l’élu qui pointe les plus récents incidents sur ce type d’installations en Meuse : « Le dimanche 20 juillet 2008, des débris de l’extrémité d’une pale d’éolienne du parc de Viller à Érize-la-Brûlée ont été retrouvés au sol, certains atteignant 50 kg. Le mardi 10 novembre 2015, à Ménil-la-Horgne, un rotor et trois pales sont tombés d’un mat… »

En surplomb de la route

Rappelant que certaines éoliennes du parc de Nélausa se situent à proximité, voire quasiment en surplomb des RD 161 et RD 11, et qu’elles sont implantées dans des espaces naturels fréquentés couramment par des exploitants agricoles et des utilisateurs de la nature, Michel Moreau réclame « l’établissement d’un plan de prévention des risques technologiques, proposition transmise aux deux nouveaux parlementaires meusiens en vue de faire évoluer la législation ».

Susceptibles de faire face à des vents contraires, les éoliennes meusiennes ne sont pas, pour autant, entrées dans l’œil du cyclone administratif…

Suite à mon courrier, j’ai été contacté par le sous-préfet de Commercy. Ils vont faire en sorte d’appréhender différemment ce sujet.

Michel Moreau maire de Lavallée

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 2017-06-21

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×