Les éoliennes à l’arrêt dans le sud de l’Aisne

Une pâle d’éolienne s’est brisée 

http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache%3ARmMQYhO624QJ%3Awww.lunion.fr%2F46186%2Farticle%2F2017-08-24%2Fles-eoliennes-l-arret-dans-le-sud-de-l-aisne+&cd=2&hl=fr&ct=clnk&gl=fr&client=firefox-b-ab

 Les éoliennes à l’arrêt dans le sud de l’Aisne

 

Priez

La Dreal a ordonné l’arrêt de sécurité pour six éoliennes après l’accident.

 

Par L'union | 

 PARTAGER  TWITTER Le journal du jour à partir de 1€

Une pâle d’éolienne s’est brisée 

DSC_8727

Après qu’une pâle d’éolienne s’est brisée dans la nuit du 2 au 3 août, les autres éoliennes du parc de l’Osière ont été mises à l’arrêt par mesure de sécurité. «  On a eu un arrêt forcé décidé par la Dreal, comme cela se fait quand un incident de cette ampleur se produit », livre un responsable du chantier. Pourtant, lors d’une expertise précédente réalisée sur les engins juste après l’incident, « rien d’anormal » n’avait été détecté. D’autres expertises devaient être menées lors d’une visite de chantier ce mardi. Hier, une grue était sur place pour démonter la pâle défectueuse et pour approfondir les analyses. Après des informations distillées au compte-gouttes, la préfecture s’est saisie du dossier. « On a dû batailler pour obtenir des réponses », livre Franck Briffaut, conseiller départemental. « Il faut maintenant déterminer d’où vient le problème : du constructeur, du transporteur ou de la mise en œuvre. En cela, des expertises plus approfondies sont nécessaires. » Chose qui semble certaine, la pale s’est brisée alors qu’elle était en bas, «  sinon il y aurait eu des débris plus loin dans les champs », indique l’élu. Une autre question a été soulevée, celle de l’aplomb. « Il se peut que l’éolienne était mal ancrée dans le sol et a dû donc supporter des mouvements pour lesquels elle n’était pas étudiée », poursuit Franck Briffaut. Les 6 éoliennes du parc de l’Osière à l’arrêt, est-ce que d’autres éoliennes similaires dans d’autres parcs sont menacées ? « Si on applique le principe de précaution, elles le devraient », soutiennent les partisans de l’anti-éolien. Une seconde visite doit être menée dans les prochains jours, pour un début de réponse la semaine prochaine. « On n’a que trop attendu », martèle le conseiller départemental.

 Nastasia Desanti

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site