Le mât d’une éolienne se casse en deux dans l’Oise

Encore un accident d'éolienne de plus et toujours pas de sécurité périphérique? Des éoliennes de plus en plus hautes (200 m et +) et toujours à 500 m des habitations! Cette fois,ça suffit, nous demandons aux ELUS de nous protéger.  VDP56

 Les incidents d eoliennes ne sont pas si rares que certains le prétendent... incendie de nacelles et surtout rupture de pâle... dans certains cas des morceaux ont été retrouvés a plus de 500 mètres pas étonnant quand la vitesse en bout de pâle peut dépasser les 300 km/h.

========================================================================================================================================

Le mât d’une éolienne se casse en deux dans l’Oise : des débris retrouvés dans un rayon de 300 m

Un accident spectaculaire s'est produit mercredi 23 janvier 2019 dans l'Oise, près de Formerie : le mât d’une éolienne s’est rompu.

Le mât d'une éolienne s'est brisé en deux sur le territoire de Campeaux, près de Formerie.
Le mât d’une éolienne s’est brisé en deux sur le territoire de Campeaux, près de Formerie. (©Christopher Largilliere)

Le mât d’une éolienne s’est cassé en deux mercredi 23 janvier 2019, vers 14 h 30 à Boutavent-la-Grange, commune de Formerie, dans l’Oise.

Il s’est rompu en son milieu. Les débris sont tombés dans un rayon de 300 mètres indiquent les sapeurs-pompiers sur la page du SDIS de l’Oise. La mise en sécurité électrique a été effectuée par la société ENEDIS. La gendarmerie, le maire de Boutavent et la société d’exploitation étaient sur les lieux. 

Ce sont des riverains qui ont prévenu les pompiers. 

Rapidement, un périmètre de sécurité de 500 mètres a été établi pour interdire l’accès au site.

La société Innovent , qui gère le parc éolien de Boutavent, indique sur son site internet : 

« Ce jeudi 23 janvier 2019 à 13 h 17, une coupure de courant sur le réseau électrique Enedis a provoqué la mise en drapeau normale des pales d’une des deux éoliennes de Boutavent. Cette machine s’est arrêtée conformément aux procédés de sécurité et aux maintenances préventives régulièrement effectuées. Hélas, pour une raison encore inconnue, les pales de l’autre éolienne sont restées en position de production, alors que le générateur ne les ralentissait plus. Aux dires des témoins, les pales ont tourné en survitesse pendant plus de 40 minutes jusqu’à ce qu’une des pales commence à se délaminer, provoquant un balourd suffisant pour fatiguer le mât au point de finir par le plier en deux ».

Par mesure de sécurité, InnoVent a arrêté les 21 autres éoliennes du même modèle, en attendant de comprendre la raison du défaut, et sa correction parfaite.

Les deux éoliennes, présentes sur le territoire de Boutavent-la-Grange,  ont été mises en service en octobre 2011. 

==============================================================================================================================================

FAITS DIVERS                                                           http://www.courrier-picard.fr/161828/article/2019-01-23/le-mat-dune-eolienne-se-plie-en-deux

Le mât d’une éolienne se plie en deux [actualisé]

Plié en deux en son milieu. C’est dans cet état que s’est retrouvée une éolienne du Nord de l’Oise. Le fabriquant évoque, pour le moment, un problème sur le générateur censé faire ralentir les pales.

Par Mélanie Carnot (avec notre correspondante Ingrid Cordier) | 

 PARTAGER  TWITTER Le journal du jour à partir de 0.75€

L'éolienne a ployé sous les élements le 23 janvier

L'éolienne a ployé sous les élements le 23 janvier - CPicard

Inédit et spectaculaire ! Le mât d’une éolienne, située à cheval entre les villages de Campeaux et de Boutavent, dans le Nord de l’Oise, s’est littéralement plié en deux ce mercredi en tout début d’après-midi. Plusieurs débris ont été retrouvés dans un rayon de 300 mètres, dans le champ hébergeant le mât qui culminait encore jusqu’à mercredi à 95 mètres de haut. Un périmètre de sécurité, 500 mètres autour de l’incident, a été installé par les pompiers. « C’est très impressionnant. Les pâles se sont brisées mais ont aussi creusé un sacré trou dans la terre », exprime l’ancien maire de Boutavent, Joël Hucleux, qui s’est rendu sur place.

 

Edition numérique des abonnés
Plié en deux en son milieu. C’est dans cet état que s’est retrouvée une éolienne du nord de l’Oise. (Photo SDIS)
Plié en deux en son milieu. C’est dans cet état que s’est retrouvée une éolienne du nord de l’Oise. (Photo SDIS)

(photos SDIS60)

 

Selon une riveraine, qui passait vers 13 h 30 dans la zone, les pales tournaient de manière anormale. C’est aussi ce que confirme l’entreprise InnoVent, qui a développé ce parc éolien composé seulement de deux mâts au bord de ce chemin reliant les communes de Campeaux et Formerie. Vers 13 heures, un incident sur une ligne haute tension a généré une panne de courant sur les communes de Formerie, Cagny-sur-Thérain et Campeaux, ce que confirme Enedis, contacté par téléphone.

Cette coupure a provoqué « la mise en drapeau normale des pales d’une des deux éoliennes de Boutavent. Cette machine s’est arrêtée conformément aux procédés de sécurité et aux maintenances préventives régulièrement effectuées. Hélas, pour une raison encore inconnue, les pales de l’autre éolienne sont restées en position de production, alors que le générateur ne les ralentissait plus », livre l’entreprise, installée dans le Nord, par la voix d’un communiqué de presse.

InnoVent, qui n’est cependant pas le propriétaire du parc éolien, reprend également les dires de certains témoins qui ont vu les pales tourner « en survitesse pendant plus de 40 minutes jusqu’à ce qu’une des pales commence à se délaminer, provoquant un balourd suffisant pour fatiguer le mât au point de finir par le plier en deux ». « Par mesure de sécurité  », le développeur a arrêté les 21 autres éoliennes du même modèle, « en attendant de comprendre la raison du défaut, et sa correction parfaite », indique ce dernier.

Interrogés, les élus des communes concernées par le périmètre avaient, ce mercredi, de grandes difficultés à indiquer le nom de l’entreprise propriétaire des deux mâts installés pourtant dans ce secteur depuis 2011. Selon InnoVent, Carbone Vert serait l’exploitant de cet ensemble.

 

Edition numérique des abonnés

éolienne cassée

 

Oise : l’éolienne cassée suscite des inquiétudes

En janvier, une éolienne tombait au sol à Formerie à la suite d’une coupure de courant. Six mois plus tard, habitants et élus sont désormais plus méfiants.

 En janvier dernier, une éolienne est tombée au sol, entre Campeaux et Formerie.
En janvier dernier, une éolienne est tombée au sol, entre Campeaux et Formerie. LP/Juliette Duclos
 
Par Juliette Duclos

Le 25 juin 2019 à 17h40, modifié le 25 juin 2019 à 18h39

Sur la route de Berlure, qui mène à Formerie, on aperçoit d'abord un mât blanc, replié sur lui-même. À quelques mètres, enfoncées dans l'herbe, des pâles. Comme des ailes tombées pour avoir un peu trop volé. « Il neigeait le jour où l'éolienne s'est cassée, se souvient François, 49 ans. On est allée voir les dégâts avec ma femme le soir même, c'était impressionnant… »

Nous étions alors le 23 janvier. Six mois plus tard, rien n'a été déblayé, la faute à une bataille d'assurances. Et si les stigmates de l'incident continuent à en surprendre certains, s'arrêtant en bord de route pour prendre des photos, ils pèsent surtout sur les esprits des riverains.

«Faut pas qu'ils en installent plus près de chez nous»

« Ça nous fait nous poser des questions », s'inquiète ainsi Cécile, 59 ans, qui habite à proximité. Selon les pompiers, des débris avaient été projetés dans un rayon de 300 m. « Faut pas qu'ils en installent plus près de chez nous. » La loi l'interdit, fixant la limite à 500 m.

PUBLICITÉ

 

Surtout, un tel événement est bien rare. Une soixantaine de cas ont été recensés sur les vingt dernières années par le bureau d'analyse des risques et pollutions industriels. Et Innovent, l'entreprise en charge du parc, l'assure : les batteries de ses 21 modèles d'éoliennes similaires sur le territoire ont été changées « du jour au lendemain ».

LIRE AUSSI > Éoliennes : le recyclage en question

Le mal semble toutefois être déjà fait. L'incident a renforcé les anti-éoliens dans leurs convictions, alors que la Picardie verte est déjà en proie à un vif débat à ce sujet depuis plusieurs mois. « C'est quelque chose qui n'a pas manqué de revenir à la surface lors de la dernière réunion publique, relate le maire (SE) de Cempuis, Jean-François Boursier. Imaginez que quelqu'un soit passé à côté ? On continue d'être d'autant plus méfiant. »

Cette frilosité de l'édile, opposé à l'éolien depuis de nombreuses années, n'est pas une surprise. Mais voilà que d'autres élus expliquent être désormais eux aussi méfiants. « Si on nous propose un projet d'installation, il est évident que je vais davantage me renseigner que ce que j'aurais fait avant », glisse Sylvie Paillart, la maire (SE) de Campeaux.

LIRE AUSSI > L’Oise produit peu d’énergie, mais elle est verte

Une aubaine pour la région Hauts-de-France, qui s'était lancée en décembre dernier dans une campagne anti-éolien, estimant accueillir suffisamment de mâts sur son territoire, polluant visuellement l'environnement. 173 sont en effet installés rien que dans l'Oise, et une centaine est encore en projet.

Mais Innonvent se veut rassurant, et assure qu'aucun projet n'est remis en question : « On n'a reçu aucun appel de maires. » Ainsi, Fabrice Loncke, maire (SE) de Bouvresse, se veut très terre à terre. L'incident ne l'empêchera pas d'avoir des éoliennes dans sa commune si on le lui propose. « Avec la baisse des dotations, c'est toujours un revenu supplémentaire pour la ville », souligne-t-il. Car selon nos informations, un mât peut rapporter entre 2000€ et 5 000 € par an à une commune.

 

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 2019-06-28

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site